Actualités

20/05/2014

2004-2014 : Aliapur, de la naissance à la maturité

Le démarrage opérationnel d’Aliapur a eu lieu au matin du 1er mars 2004 à Nanterre, avec la toute première collecte de pneus usagés chez un professionnel de l’Automobile. Dix ans plus tard, le 22 mai, Aliapur retournera en Ile-de-France pour y célébrer officiellement ses 10 ans d’existence…

Eric Fabiew, Directeur général d'Aliapur : 

« Nous sommes fiers de pouvoir affirmer qu’aujourd’hui, chaque pneu déclaré mis sur le marché est retraité dans le respect de l’environnement. Ceci est une réalité depuis la création d’Aliapur et sa mise en route effective en mars 2004. Ce sont ainsi plus de 400 millions de pneus usagés qui ont été collectés et traités entre 2004 et 2013 conformément au décret du 24 décembre 2002.

« Ces volumes cumulés représentent des économies de ressources naturelles spectaculaires : l’équivalent de la consommation électrique de 35,5 millions de réfrigérateurs fonctionnant pendant un an, ajouté à l’équivalent de la consommation d’eau de 1,12 milliard de cycles de lave-linge et combiné à l’économie de CO2 de 38 milliards de km parcourus par un véhicule de tourisme. Aussi satisfaisants que soient ces résultats, nous nous attachons au quotidien à continuer de faire progresser ces chiffres, parce que le pneu n’est pas un déchet pour nous mais une matière première à forte valeur ajoutée dans de nombreuses industries.

200 000 tonnes de débouchés supplémentaires

« Dix ans après la mise en place de la filière, nous avons réussi à créer plus de 200 000 tonnes de débouchés supplémentaires en valorisation. En 2004, 100 000 tonnes de pneus usagés ne trouvaient pas de solutions sur le territoire national. Nous avons engagé des partenariats avec des cimentiers marocains, dont le gisement de pneus usagés local était insuffisant pour répondre à leur demande de combustible de substitution. La balance, aujourd’hui devenue positive de plus de 100 000 tonnes, ne nous permet pas de répondre à toutes les demandes des valorisateurs. Cette progression, liée à l’émergence de 7 nouvelles voies de valorisation, vient récompenser les efforts collectifs d’une filière que je souhaite mettre à l’honneur à l’occasion des dix ans de notre société.

« En effet, tout cela n’aurait pas été possible sans combiner les énergies et les savoir-faire des femmes et des hommes qui font notre filière. C’est pourquoi nous avons appuyé notre développement sur 3 piliers fondamentaux : la formation des hommes ; l’optimisation et la normalisation de nos process de transformation ; la recherche permanente de viabilité économique et environnementale de nos voies de valorisation. Le métier de collecteur a été transformé ces dix dernières années. Au-delà de la reconnaissance des métiers et de la création d’une formation spécifique, nos prestataires ont fait des efforts conséquents pour améliorer les conditions de travail et en réduire la pénibilité.

325 emplois créés, 650 autres pérennisés

« Initiée, accompagnée et financée à hauteur de 100 000 €, la professionnalisation des entreprises de traitement des pneumatiques usagés a entrainé la création de 325 emplois à temps plein ainsi que la pérennisation de plus de 650 autres. Cette recherche permanente du progrès a également été appliquée par nos prestataires transformateurs qui ont largement industrialisé et optimisé leurs process, afin de faire progresser la qualité et la régularité de leurs pro¬duits, répondant ainsi aux exigences grandissantes des valorisateurs.

« Par ailleurs, Aliapur a consacré une part importante de son budget –près de 8 millions d’euros– à la recherche et au développement afin de sécuriser les voies de valorisation actuelles, et d’en développer de nouvelles qui soient pérennes et respectueuses de l’environnement. A ce titre, 7 brevets, 6 enveloppes Soleau et 4 marques ont été déposées depuis 2004, accompagnées de l’émergence de 19 normes initiées par Aliapur au niveau national.

Une économie industrielle équilibrée et structurée

« Dix ans plus tard, l’heure est au bilan. Société de droit privé exécutant une prestation pour des clients soumis à une contrainte réglementaire définie par décret, Aliapur s’inscrit dans une démarche éco-responsable et de développement durable. Elle a su remplir avec succès les missions qui lui ont été données et même davantage : traitement des pneus au-delà des obligations réglementaires à hauteur de 1 million d’euros, traitement en propre de 16 stocks historiques pour un montant de 4,5 millions d’euros, etc. Sa création a répondu à court terme au besoin de neutraliser le risque environnemental que constituaient les pneus usagés abandonnés ; et à long terme à celui de générer une économie industrielle équilibrée et structurée.

« Au total, ce sont 13,5 millions d’euros qui ont été investis au-delà des obligations réglementaires des producteurs, dans le seul but fixé par les manufacturiers actionnaires : créer, professionnaliser et pérenniser la filière de collecte et de valorisation des pneus usagés. « Dix ans ont néanmoins été nécessaires pour construire une filière qui génère des emplois et progresse en permanence à tous les niveaux de sa chaine de valeur ; une filière dont le produit à valeur ajoutée contribue à préserver activement l’environnement et les ressources naturelles ; une filière, enfin, qui a su trouver son équilibre en réduisant constamment le montant de l’éco-contribution.

« Je rends ici hommage à tous ceux sans qui tout cela n’aurait pas été possible. »