Actualités

28/11/2013

Appels d’offres 2014-2016 : la flexibilité des entreprises a fait la différence

Les résultats des appels d'offres d'Aliapur pour le renouvellement de ses prestataires font assez peu évoluer la cartographie des sites de transformation. La collecte, en revanche, connaît des changements plus marqués, avec 29 prestataires contre 35 aujourd'hui.

[Les résultats des appels d'offres d'Aliapur pour le renouvellement triennal de ses prestataires font assez peu évoluer la cartographie des sites de transformation des pneus usagés. La collecte, en revanche, connaît des changements plus marqués puisque cette prestation sera confiée à 29 entreprises à compter du 1er janvier 2014, contre 35 actuellement. En fait, l'introduction du principe d'allotissement des départements a activement stimulé la concurrence dans toutes les régions : les offres les plus attractives ont été rendues par les entreprises capables de souplesse dans leur organisation]

Au printemps, Aliapur lançait deux appels d’offres pour le renouvellement des contrats triennaux de ses prestataires de collecte et de transformation de pneus usagés, avec une mise en œuvre à compter du 1er janvier 2014. Si les dossiers d’appel d’offres et les grilles d’analyse ont été élaborés par les équipes opérationnelles d’Aliapur en concertation avec le cabinet conseil BravoSolution, Aliapur n’a pas souhaité traiter ces appels d’offres en direct, par souci de transparence et de neutralité. BravoSolution a donc été missionné pour la gestion des candidatures, l’analyse des dossiers et l’élaboration de préconisations argumentées.

Au mois de mars, un portail Internet sécurisé était ouvert sur le site du cabinet conseil, permettant de candidater en ligne. Toutes activités confondues, 171 entreprises ont retiré un dossier dématérialisé. Le 25 avril, Aliapur organisait une réunion de présentation des marchés de collecte et de transformation à l’attention des entreprises souhaitant postuler pour l’une et/ou l’autre de ces activités : 66 entreprises étaient représentées. Les candidats ont eu jusqu’au 29 mai pour déposer leurs offres –étudiées une première fois par BravoSolution– puis jusqu’au 17 juillet pour les affiner –avant deuxième analyse.

L’ensemble des dossiers a été présenté à la commission d’appel d’offres* le 19 septembre.

Peu de changements chez les sites de transformation

En ce qui concerne le marché de la transformation des pneus usagés (préparation et broyage), la cartographie des sites retenus sera sensiblement identique à la période 2011-2013 : comme précédemment, les tonnages seront répartis en fonction de la capacité de traitement de chaque plateforme et des volumes collectées dans les départements les plus proches –afin d’en limiter le transport.

Sur les 12 sites de transformations sous contrat jusqu’au 31 décembre 2013, seulement deux n’ont pas été renouvelés : Valerco (département 69), qui ne répondait pas aux minima du cahier des charges, et Provence Valorisations (13), dont l’offre était déconnectée de l’appel d’offres en termes de durée du contrat et de volumes de pneus à traiter. Mais 10 sites de transformation ont été reconduits pour la période 2014-2016 et une entreprise rejoint la filière : le Groupe Charles André (13). Ainsi, au total, la préparation et le broyage des pneus usagés de la filière Aliapur seront assurés par 11 plateformes pendant les 3 prochaines années.

Collecte : l'allotissement a stimulé la concurrence

Le marché de la collecte, en revanche, va connaître des changements plus conséquents.

Jusqu’à présent, les entreprises candidataient par département, les départements à dominante urbaine ou soumis à une forte saisonnalité (pneus hiver-pneus été) étant plus recherchés que les départements ruraux. Pour l’appel d’offres 2014-2016 a été introduit le principe de l’allotissement : les départements les plus attractifs ont été groupés avec un ou plusieurs départements mitoyens moins disputés, chaque fois avec plusieurs configurations possibles.

Cet allotissement a permis d’augmenter le volume des offres remises et de stimuler activement la concurrence dans toutes les régions. Cette nouvelle procédure a surtout garanti une égalité de traitement pour l’ensemble des entreprises candidates, quelle que soit leur taille, qu’elles soient déjà prestataires de la filière ou qu’elles souhaitent la rejoindre. Sur cette base, BravoSolution avait pour mission d’identifier les offres les mieux-disantes selon quatre critères d’égale valeur : technicité, moyens humains et matériels, implantation de l’entreprise et schéma logistique, prix.

A la lecture des résultats et des analyses du cabinet conseil, il est apparu que les propositions les plus pertinentes ont été rendues par les entreprises capables de souplesse dans leur organisation matérielle et de flexibilité dans leur fonctionnement (lire les témoignages en fin d'article). En règle générale, les spécialistes du pneumatique et les structures ayant une forte présence régionale ont rendu des offres plus attractives que les généralistes du déchet et les entreprises multi-sites.

Ainsi, le marché national de la collecte Aliapur (métropole et Corse) pour la période 2014-2016 sera confié à 29 prestataires, contre 35 précédemment. Sur ces 29 prestataires, 23 ont été reconduits avec des périmètres ayant pu évoluer (à la hausse ou à la baisse) ; 2 entreprises font leur retour dans la filière, TFM (départements 04 et 06) et Sepchat (41) ; 1 prestataire déjà site de transformation devient également collecteur, Ramery (59) ; et 3 nouvelles entreprises intègrent la filière pour la collecte, Bati Recyclage (85), Chrono Route (35, 44) et le Groupe Charles André (13, 83, 84).

En collecte comme en transformation, les résultats de cet appel d’offres consacrent donc le professionnalisme d’entreprises fortement investies dans le secteur spécifique du pneumatique, dont les infrastructures tiennent compte de la particularité de cette activité, et surtout dont les équipes sont fortement impliquées dans l’évolution des métiers de la filière.

Le cas particulier du département 75

Reste le cas particulier du département 75. Pour la collecte de Paris intra-muros, l’analyse des dossiers par le cabinet BravoSolution avait placé la société Derichebourg Eco PHU en 1ère position quant à la qualité de l’offre remise, selon l’ensemble des critères de la grille d’analyse. Très logiquement, Paris a donc été attribué à Derichebourg Eco PHU par la commission d’appels d’offres. Mais le groupe a choisi de refuser le marché. Un appel d’offres a donc été relancé pour ce seul département, remporté le 6 novembre par la société Henry Recyclage.


*A la commission d’appel d’offres, Aliapur avait invité ses actionnaires manufacturiers, les représentants du Ministère de l’Ecologie et du Ministère du Redressement Productif, ainsi que les représentants des associations et organismes suivants : Ademe, AMF (Maires de France), Amorce, Federec, Syvap (syndicat de collecteurs), CCFA (constructeurs automobiles), Robin des Bois, 40 Millions d’Automobilistes, Syndicat des Professionnels du Pneu, SGS (organisme certificateur).


Témoignages

Bati Recyclage

L’entreprise Bati Recyclage, Installée à la Roche-sur-Yon, devient le nouveau collecteur Aliapur pour la Vendée (85).

Vous êtes un nouvel arrivant dans la filière Aliapur. Comment votre entreprise va-t-elle se réorganiser ?

Michaël Philbois, directeur d’exploitation : Je me réjouis de cette nouvelle collaboration et je suis très confiant pour l’avenir. Bati Recyclage, qui a démarré en 2005, possède de sérieux moyens en interne, aussi bien au niveau matériel qu’au niveau humain. 25 personnes travaillent pour le pôle déchets/transports et ont déjà l’habitude de travailler dans le pneu.

Quels sont vos objectifs liés à ce nouveau contrat ?

MP : Je me suis donné des objectifs encore plus importants que ceux fixés par Aliapur, pour permettre à mon entreprise d’évoluer de la meilleure façon possible sur le long terme. Penser au futur, anticiper et innover sont les maitres mots de Bati Recyclage ; d’ailleurs, dès le 15 décembre, nous aurons commencé l'installation de notre chaîne de tri.

Groupe Charles André

Le Groupe Charles André (GCA), installée à Rognac (13), devient collecteur Aliapur sur les départements des Bouches-du-Rhône (13), du Var (83) et du Vaucluse (84). Il devient également site de transformation.

Que pensez-vous de votre intégration dans la filière Aliapur ?

Hervé Lucquiaud, directeur commercial activités stockage et logistique : Apporter notre contribution dans le cadre de nos engagements de développement durable ne peut que nous apporter de la satisfaction. GCA a mis tout en œuvre pour diminuer l’impact de ses activités afin de préserver l’environnement pour les générations futures. Nous partageons avec Aliapur le même degré d’exigence.

Qu’est-ce que cela va changer pour vous au niveau de votre organisation ?

HL : Ce nouveau succès de notre filiale GCA Logistics Marseille, en coopération avec la filiale transport régionale CITAIX pour les opérations de collecte, va nous permettre d’investir dans des installations de broyage optimisées. Nous allons également développer notre parc de bennes, en spécialisant certains matériels en fonction des attentes des clients collectés : bennes ouvertes ou fermées, grand volume, ou de taille plus restreinte prenant en compte les contraintes d’espace disponible. Enfin, nous allons générer de nouveaux emplois, tant en transport que sur la partie valorisation.

Ramery Environnement

Ramery Environnement, installé à Harnes, dans le Pas de Calais (62), est site de transformation pour Aliapur depuis juillet 2012. A compter du 1er janvier 2014, Ramery devient également collecteur pour le département du Nord (59).

Vous étiez déjà site de transformation pour Aliapur, vous devenez collecteur ; qu’est-ce que cela change pour vous ?

Mathieu Ramery, président de Ramery Environnement et de Ramery Travaux Publics : Je suis enchanté de cette nouvelle collaboration. Nous sommes présents sur le marché du pneumatique depuis 2005 et notre réussite en tant que site de transformation nous a donné l’envie de développer notre partenariat avec Aliapur.

Cette nouvelle mission est-elle synonyme de réorganisation au sein de votre entreprise ?

MR : Le groupe Ramery est un groupe familial et indépendant, ce qui nous permet d’être réactifs. S’associer à la filière de référence dans la valorisation des pneumatiques usagés est un gage de qualité et de confiance. Aliapur permettra à l’entreprise de se professionnaliser dans le milieu du pneumatique, c’est toute l’organisation qui grandira grâce à cela.

TFM

L’entreprise TFM, installée à Trévoux, dans l’Ain (01), a ouvert un second site dans le Sud de la France et devient collecteur Aliapur sur les départements des Alpes de Haute-Provence (04) et des Alpes Maritimes (06).

Vous étiez sous-traitant pour plusieurs entreprises de collecte et vous réintégrez la filière Aliapur en tant que prestataire direct ; qu’est-ce que cela signifie pour vous ?

Thierry Mulot, co-gérant de TFM : TFM a déjà été prestataire d’Aliapur en 2004 et est toujours resté en contact de près ou de loin avec la filière grâce à son réseau de trieurs. Nous avons déjà une connaissance du terrain et de la valorisation, c’est un atout. Pour moi, le fait d’appartenir à la filière Aliapur est une réelle plus-value en termes d’image, c’est une carte de visite pour la société.

Une réorganisation au sein de votre entreprise est-elle nécessaire pour répondre à la demande d’Aliapur ?

TM : Ce nouveau contrat est facteur d’évolution pour l’entreprise qui investira matériellement et humainement, notamment au niveau du transport, car nous sommes spécialisés dans le tri depuis 20 ans et nous possédons déjà des trieurs qualifiés. Le fait de collecter pour Aliapur permettra à TFM de garder un équilibre financier.

Chrono Route Bretagne, filiale des Transports Cassier

Chrono Route Bretagne devient collecteur pour les départements d’Ille-et-Vilaine (35) et de Loire Atlantique (44).

Vous êtes un prestataire historique de la filière dans le Centre et en Bourgogne. Vous venez de décrocher deux départements supplémentaires en Bretagne : comment allez-vous organiser votre activité ?

Alain Cassier, Président des Transports Cassier : Je suis très satisfait d’avoir été retenu. Cela me permet de mesurer la confiance que nous porte Aliapur. Ce nouveau contrat est pour nous un gage de visibilité assuré sur trois ans et une garantie de travail annuel pour nos salariés.
Il représente également de forts investissements (environ 1,4 M€), principalement au niveau humain. Les usines automobiles de Rennes se portant très mal, nous sommes heureux de pouvoir former, aux métiers de trieur et de collecteur, des Bretons de l’ancien pôle logistique des usines automobiles Citroën de Rennes. C’est une réelle reconversion pour ces hommes qui sont satisfaits d’apprendre un nouveau métier qu’ils estiment plus pérenne pour l’avenir. Il est primordial pour nous de conserver un maximum d’emplois.
Nous investirons également au niveau matériel pour perfectionner nos installations, en particulier avec des véhicules et une chaine de tri.