Actualités

02/11/2009

Cimenteries : le pneu intègre la catégorie des combustibles traditionnels

Le service R&D d'Aliapur a travaillé pendant trois ans sur l'utilisation du pneu usagé comme combustible en cimenterie. Unique en Europe, l'étude qui en résulte a été présentée au Ministère de l'Environnement qui s'apprête à en faire un document de référence.

Le service R&D d’Aliapur a travaillé pendant trois ans avec six laboratoires pour contribuer à faire sortir le pneu usagé de son statut de "déchet". Il a non seulement prouvé ses qualités calorifiques lorsqu’il est utilisé comme combustible de substitution en cimenterie, mais apporte également sa contribution à la diminution des émissions de CO2 fossile. Cette étude unique en Europe s’apprête à devenir un document de référence, à la fois pour le Ministère de l’Environnement et pour les industriels soucieux de réduire leur facture énergétique.

En France, l’industrie du ciment utilise le pneu usagé comme combustible de substitution depuis les années 70. Bien avant la création d’Aliapur, les cimentiers avaient connaissance de son remarquable potentiel énergétique et de l’absence de son impact sur l’environnement grâce à la mise en place de systèmes de traitement des fumées à la sortie des fours.

Mais cette connaissance acquise par l’expérience n’avait jamais été prouvée scientifiquement. Ainsi, jusqu’à présent, le pneu usagé était toujours considéré comme un déchet et non comme un combustible traditionnel à l’égal du charbon ou du coke de pétrole. C’est précisément ce qui vient de changer, grâce à une étude menée par Aliapur et unique en Europe.

En effet, depuis la création de la filière en 2004, Aliapur a engagé un vaste travail de structuration et de caractérisation, destiné à sortir le pneu de son statut réducteur de déchet pour en faire un produit fiable et performant : la traçabilité des pneus a été mise en place dès leur collecte ; les entreprises de valorisation ont désormais une garantie d’accès à des volumes identifiés et quantifiés ; la qualité de la coupe des pneus a été homogénéisée sur tous les sites de broyage ; les broyats ainsi obtenus ont été standardisés quel que soit le type de machine-outil utilisée; et trois tailles de broyats ont été caractérisées en fonction de leur utilisation postérieure et des impératifs techniques des industriels.

Un pouvoir calorifique proche de celui du charbon

Pour l’utilisation du pneu usagé dans l’industrie cimentière et sa comparaison avec les combustibles fossiles traditionnels, les travaux du service Recherche & Développement d’Aliapur ont porté sur des broyats de pneus de voiture et de poids-lourd prélevés sur huit sites de transformation. Cette étude a duré trois ans, pendant lesquels Aliapur a travaillé avec six laboratoires, cinq en France et un en Floride (Beta Analytic Inc). Cette étude vient d’être achevée avec succès et, afin de garantir une parfaite objectivité des données et des résultats obtenus, leur synthèse a été rédigée en partenariat avec le cabinet expert indépendant Price Waterhouse Coopers.

Il en ressort ainsi la confirmation scientifique que le pneu usagé utilisé comme combustible présente un pouvoir calorifique élevé, très proche de celui du charbon et comparable à celui du coke de pétrole, ce qui permet de positionner le pneu parmi les principaux autres combustibles solides traditionnels –ces combustibles dits "nobles".

Mais il apparaît également que l’utilisation du pneu permet de réduire significativement les émissions de CO2 fossile à l’origine de l’effet de serre, puisque le pneu est constitué en grande partie du caoutchouc naturel issu de la culture de l’hévéa. Une part de la teneur en carbone du pneu est donc d’origine biomasse, cette biomasse étant considérée comme neutre vis-à-vis de l’effet de serre. Or les industries du ciment sont très sensibles à leurs émissions de CO2, qu’elles doivent déclarer chaque année et qui font l’objet d’un quota à ne pas dépasser. Elles se sont donc montrées particulièrement intéressées par l’étude d’Aliapur, unique en Europe, puisque le choix du pneu comme combustible leur permet de réduire leur facture énergétique, à l’inverse du charbon et du coke de pétrole.

Achevées en juillet 2009, ces recherches ont été présentées au Ministère de l'Environnement qui s'apprête à en faire un document de référence pour le calcul des émissions de CO2 en cimenterie.

Pour en savoir plus :

Positionnement des pneus usagés parmi les grands combustibles (synthèse)
Pneus usagés comme combustible alternatif (document de référence).