Actualités

06/05/2011

Collecteurs : mécanisation du tri des pneus

Un trieur professionnel pouvant manipuler 1 500 pneus par jour, un aménagement ergonome des postes de tri est devenu indispensable. Cette nécessité figure dans le cahier des charges des collecteurs Aliapur 2011-2013. Ils devront tous être équipés au 30 juin.

 

Le tri des pneus usagés est un maillon essentiel de la filière. Aliapur est d’ailleurs à l’origine, dès 2005, de la création et de la mise en place du Certificat de qualification professionnelle (CQP) d’opérateur-trieur, formation qualifiante reconnue par l’Etat et la profession. Portée par la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) et par le pôle Compétences Déchets de l’association Rudologia, cette formation est assurée par l’organisme Calao Productions. Depuis 2006, des sessions régulières ont permis à chaque entreprise de collecte d’Aliapur de compter au moins un opérateur-trieur qualifié dans ses effectifs.

Lors de son appel d’offres pour le renouvellement de ses prestataires, en 2010, Aliapur a travaillé sur de nouveaux critères pour le tri des pneus : tout collecteur doit désormais disposer d’une chaîne de tri professionnalisée. Celle-ci doit être placée à l’abri et répondre à deux critères : être adaptée aux volumes de pneus traités sur le site et, surtout, être ergonome afin de limiter la manutention répétitive de charges lourdes.

1 500 pneus par jour

Il s’agit de tenir compte du degré de pénibilité du travail et d’éviter d’exposer les trieurs aux pathologies liées aux troubles musculosquelettiques (muscles, tendons, nerfs). Un pneu de voiture pesant en moyenne plus de 7,5 kg et un trieur pouvant manipuler jusqu’à 1 500 pneus par jour (plus de 11 tonnes), la mécanisation du tri est ainsi devenue une condition de travail indispensable doublée d’une nécessaire exigence technique.

Sur les 35 collecteurs retenus pour la période 2011-2013, environ un quart a anticipé le cahier des charges d’Aliapur avec des chaînes de tri déjà fonctionnelles. Certains ont opté pour des tables de tri, d’autres pour des tapis roulants, mais tous ont aménagé ces postes de travail en concertation avec les trieurs eux-mêmes. Au-delà de la préservation du capital humain des entreprises, cette démarche s’inscrit aussi dans un schéma d’industrialisation de la filière, puisqu’elle permet de gagner en rapidité et en efficacité dans le tri des pneus. Au 30 juin 2011, tous les sites de collecte devront être dotés d’une chaîne de tri opérationnelle, y compris chez les sous-traitants des prestataires en titre.