la filière

Le rechapage des pneus réutilisables

Rechaper un pneumatique consiste à apporter une nouvelle bande de roulement lorsque la précédente a atteint sa limite d'usure alors que le support conserve tout son potentiel.

La bande de roulement du pneumatique doit garantir des performances optimales sur des revêtements variés, en différentes saisons et sous des sollicitations diverses.

Tous les pneus à rechaper sont rigoureusement examinés visuellement, tactilement et par des moyens de contrôle non destructifs. Sur des machines-outils spécifiques, la bande de roulement usée est enlevée par râpage
La première opération, le brossage, consiste à supprimer avec un outillage approprié les éventuelles parties détériorées sur la carcasse par une action de débridage et de nettoyage.
La deuxième opération, le gommage, consiste à remplacer les parties supprimées lors du brossage par des matériaux neufs (gommes adaptées, emplâtres de renfort, nappes).

Le rechapage proprement dit consiste à poser une bandelette de gomme neuve suivant une recette informatique. La gomme est préalablement travaillée mécaniquement afin de parvenir à l'état désiré en homogénéité et en température.

Après que la gomme soit appliquée sur sa circonférence, le pneu est introduit dans un moule. La pression et la chaleur vont à la fois cuire la gomme (la vulcanisation), former le dessin de la sculpture et assurer la liaison intime de la bande de roulement avec le support. Ce procédé de fabrication est identique à celui du pneu neuf ; il offre un coût réduit pour l'utilisateur et la possibilité de traiter la majorité des supports poids lourd.

Rechapage et poid-lourds

Le rechapage est une activité courante en poids lourd. Réalisé dans des conditions industrielles, elle permet d'abaisser le prix de revient kilométrique du pneu. Sur le marché du remplacement poids lourd, près d'une vente de pneumatique sur deux s'effectue avec un rechapé. (45%)
Source : SNCP http://www.lecaoutchouc.com/
En Allemagne et en Grande-Bretagne, la part du rechapé sur le marché du pneu poids lourd de remplacement s'élève respectivement à 49 % et à 50 %.
L'activité rechapage est également très fréquente dans le domaine de l'aéronautique : les pneumatiques sont rechapés jusqu.à 7 fois. En revanche, l'activité rechapage du pneu de tourisme est devenue marginale en France, du fait de l'apparition sur le marché de pneumatiques neufs à moindre coût.

Rechapage et sécurité

Depuis le 1er janvier 2002, la production de pneumatiques rechapés est soumise en France aux mêmes tests sécuritaires de performances que les pneumatiques neufs.

La mise en oeuvre de ces règlements est basée sur l.homologation des ateliers de rechapage accordée par le Ministère des transports après audit, contrôles et essais réalisés par un laboratoire agréé. Cette homologation est obligatoire à compter du 1er janvier 2002.

Les nouvelles exigences liées à ces règlements sont les suivantes :
Epreuves de performance (charge et vitesse) identiques à celles imposées aux pneumatiques neufs,
éxigence d'un système de qualité garantissant la maîtrise dans le temps, de ce niveau de qualité (acceptation et préparation des supports, choix et mise en oeuvre des matériaux neufs, pose et cuisson des matériaux, vérifications et contrôles à différents stades),
identification précise du pneumatique (mention "retread rechapé", marque du rechapeur, numéro d'homologation, caractéristiques dimensionnelles, indices de charges et code de vitesses admissibles, date de fabrication.).
Le maintien de l'homologation est soumis à un suivi annuel permettant de vérifier les points précédemment évoqués.
La bonne application de cette réglementation pourra s'effectuer à la fois au cours de contrôles techniques périodiques et de contrôles routiers.