Stocks historiques

Aliapur finance l'élimination de 3,6 millions de pneus issus des stocks "orphelins"

 Selon la réglementation relative à l'élimination des pneus usagés, les producteurs de pneus neufs sont responsables depuis 2004 de la fin de vie des pneus qu'ils mettent chaque année sur le marché national. Mais les textes n'ont pas statué sur les stocks anciennement constitués et abandonnés, ces stocks dits "historiques" ou "orphelins", estimés en cumulé à plus de 200 000 tonnes.

En 2004, alors que rien ne les y contraignait, les manufacturiers actionnaires d'Aliapur ont souhaité engager une réflexion afin de faire émerger une solution à ce problème. Il faudra toutefois attendre 2008 pour que soit enfin signé un accord interprofessionnel relatif à l'élimination des stocks historiques. Les termes de cet accord sont appliqués depuis juin 2008 par l'association créée à cet effet, Recyvalor, financée par des représentants de toute la profession du Pneumatique, en particulier les manufacturiers, la distribution et les organismes professionnels. Aliapur en assure la vice-présidence au nom de ses actionnaires.

Reste qu'entre 2004 et 2008, considérant l'urgence à traiter le fléau des décharges sauvages de pneus et sans attendre la création de Recyvalor, Aliapur s'est directement impliqué au nom de ses actionnaires fabricants de pneumatiques (Bridgestone, Continental, Dunlop Goodyear, Kléber, Michelin, Pirelli).

Aliapur s'est donc engagé à traiter, bénévolement et à ses frais, un volume de 26 000 tonnes de pneus usagés, soit l'équivalent de plus de 3,6 millions de pneus de voiture, pour un montant de près de 4 millions d'euros.

Pour cela, la société s'est rapprochée du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable qui, sur la base des propositions de l'association écologique Robin des Bois, a fixé un ordre de priorité des stocks à traiter. Aliapur a ainsi évacué 12 stocks et valorisé intégralement les pneus issus de ces sites.

Le soutien du Ministère

Début septembre 2005, en déplacement sur le site de Cugnaux près de Toulouse, puis le 21 septembre lors des Assises des Déchets de La Baule, la Ministre de l'Ecologie et du Développement durable Nelly Olin a salué l'action menée par Aliapur. Elle a également souligné la détermination de l'Etat à soutenir toutes les initiatives permettant de résorber l'ensemble des stocks orphelins : "L’Etat a pris une position claire sur [le] dossier [des stocks historiques] : rechercher les responsables et leur faire reprendre leurs pneus, car il n’est pas normal que l’argent du contribuable soit utilisé alors que l’on connaît ceux qui ont contribué à la situation".

Concernant l'initiative menée par Aliapur, Mme Olin a a tenu "à saluer l’action des manufacturiers, qui ont demandé à leur filiale Aliapur de reprendre 30 000 tonnes dans ces vieux stocks dès 2005. (...) C’est en fédérant les énergies que nous résoudrons ce problème environnemental qui paraissait sans solution il y a quelques mois encore. (...) Un partenariat plus large permettra d’éliminer beaucoup plus rapidement les stocks existants".